Archives mensuelles : juin 2013

Le comptage-numérotage

L’article sur le compte à rebours m’a fait réalisé que je ne vous avais pas encore écrit à propos de la comptine numérique. Plusieurs éléments de cet article vous seront familiers mais mon souhait est de vous apprendre quelques nouveautés!

Comme je le mentionnais dans le précédent article, l’apprentissage de la comptine est la porte d’entrée vers le monde complexe du concept du nombre. Tout d’abord, l’enfant apprendra la comptine numérique comme un refrain puis il associera un objet à chacun des mots prononcés (comptage)  puis en viendra éventuellement (beaucoup plus tard) à dénombrer efficacement.

Attardons-nous ici au comptage. Si l’enfant n’a pas encore compris que chaque mot de la comptine doit être associé à un objet, un seul,  indépendamment de ses caractéristiques (grandeur, grosseur, couleur, position, etc.), c’est notre premier objectif en tant qu’enseignant. Alors, on compte quotidiennement, tout ce qui peut être signifiant dans une classe : les élèves présents ou absents, les collations, les agendas, etc. On compte tout d’abord en touchant chacun des objets comptés (synchroniser chaque mot avec chaque objet), et si possible en séparant les objets déjà comptés.

Lorsque nous croyons que la comptine est bien connue par presque tous et toutes, on essaie les variantes suivantes :

  • compter en espaçant les nombres d’un mot (1 élève, 2 élèves, 3 élèves…)
  • compter à partir d’un nombre différent de 1 (2 amis sont partis porter les absences donc 3,4,5…)
  • compter des sons plutôt que des objets (comptage auditif plutôt que visuel) ex. des coups de tambours. Vous serez surpris de voir les résultats!

 

On compte jusqu’à combien?

Les opinions diffèrent sur ce sujet. Je vous donne les catégories qui m’ont permises de forger la mienne :

1 à 4 : nombres que l’enfant peut subitiser c’est-à-dire reconnaître sans compter. S’il ne sait pas le mot correspondant au nombre, il peut reproduire la même quantité. L’enfant qui n’arrive pas à subitiser jusqu’à 4 à l’arrivée à la maternelle devrait vous inquiéter.

Entre 5 et 20 : nombres qui sont familiers et qui serviront d’outils et de base pour les jeux, les résolutions de problèmes et les premiers calculs. La grande majorité des élèves deviennent familiers facilement jusqu’à 10 mais notre défi et de les amener le plus possible jusqu’à 20.

Entre 20 et 30 : nombres qui sont fréquentés par les élèves. On ne les utilise pas pour les manipulations (surtout que c’est plus élevé que le nombre d’élèves dans la classe) mais nous les rencontrons surtout par le biais du calendrier. Ils permettent, entre autres, d’observer certaines régularités.

Entre 30 et 100 : nombres avec lesquels l’enfant aime se mettre au défi en ce qui a trait à la comptine numérique (je sais compter jusqu’à 100!). Les groupements par dizaine n’étant pas de niveau préscolaire, l’intérêt de les afficher est surtout pour observer les régularités.

 

En terminant, j’aimerais insister sur le fait que chaque classe est différente et que les connaissances d’un groupe diffère d’une année à l’autre. C’est pourquoi je crois qu’il est incontournable de vérifier dès septembre, à l’aide de petites entrevues,  le portrait des élèves de notre classe. Rencontrer chacun des enfants et lui demander  de compter devant vous prend très peu de temps (pendant une période de jeux libres, de collation, etc. ) et vous permet de vous situer pour vos prochaines interventions.

 

Prochaine étape : vérifier que l’élève a bien compris que c’est le dernier chiffre nommé qui répond à la question «  il y en a combien? »  … à suivre…

 

 

Le compte à rebours est commencé!

boy-holding-giant-calculatorIl ne reste que quelques jours avant la fin de l’année scolaire. Ménage, activités spéciales, sorties, ces quelques jours ont très souvent l’apparence d’une fête. Plusieurs activités et rituels prennent place pour aider les élèves à comprendre que la maternelle se termine. L’une d’elles est le compte à rebours.

Qui dit compte à rebours dit comptine numérique. Bien avant la maternelle, l’enfant apprend la comptine numérique comme une chanson, par cœur, souvent sans acquérir aucune compétence numérique. Pour imager la chose, je dis souvent aux parents (qui croient que réciter la comptine c’est savoir dénombrer) que je peux réciter la gamme : do, ré, mi, fa, sol, la, si, do mais que je suis quand même incapable de jouer d’un instrument!

Donc, comme vous le savez sûrement déjà, il n’y a là aucune compréhension. Ce n’est pas parce que l’on sait que neuf est avant dix que nous avons compris que la quantité de neuf est plus petite que celle de dix. Mais, l’apprentissage de cette comptine (à l’oral) est tout de même incontournable car c’est souvent elle qui ouvre la porte à tout l’univers du concept du nombre.

Et le compte à rebours alors? Et bien il permet une porte d’entrée vers le calcul mental.

Je vous explique.

Pendant toute l’année, ils apprendront la comptine à l’oral en ordre croissant mais aussi à rebours. Ils étaient peut-être déjà à l’aise avec la comptine avant la maternelle. Mais le compte à rebours, c’est nous qui l’introduisons.

À travers tous ces mois de durs labeurs (sic!), les élèves auront compris les quantités correspondantes à ces nombres et comprendront que ce qui vient avant tel nombre dans la suite numérique est de plus petite quantité et ce qui vient après contient de plus grandes quantités.

Éventuellement, l’enfant qui aura mémorisé la suite numérique et qui sera très à l’aise de l’utiliser en ordre croissant et décroissant pourra, si on lui demande d’ajouter ou d’enlever un petit nombre (1, 2 ou 3), trouver la solution dans sa tête (sans recompter le tout) en se déplaçant dans sa « suite numérique intériorisée » : ce sera le début du « calcul mental ». La suite numérique devient alors un outil de calcul pour résoudre des problèmes!

 

 

Voici quelques pistes pour utiliser le compte à rebours au quotidien :

  • Reculer sur la bande numérique de la classe lorsque nous comptons les élèves absents.
  • Introduire des comptes à rebours, affichés en classe, avant certains événements : Noël, spectacle de la classe, fin d’année, etc.
  • Prendre l’habitude d’utiliser le décomptage pour résoudre des problèmes soustractifs (avec ou sans la bande numérique) Ex. je voulais 6 craquelins pour ma collation. Ils n’entrent pas tous dans mon contenant. J’en enlève 1. J’ai finalement apporté combien de craquelins?
  • Personnellement, je fais le décompte de 10 à 0 à chaque fois que je veux que les élèves prennent leur rang : ils l’apprennent donc par cœur très vite et sans même s’en apercevoir!

 

5…4…3…2…1…Bonnes vacances!!!

 

Source de l’image : www.mycutegraphics.com

Affiches des responsabilités

MDMresponsabilites-page-003

Voici des affiches pour vos responsabilités en classe!

Dans ma classe, j’ajoute les photos des élèves responsables à côté de chaque petite affiche.

 

 

 

 


    Les responsabilités dans la classe - Affiches (333 KB)
    Par Mathieu Desrochers Morin

    Ce fichier a été téléchargé 3893 fois. Merci!

Le modèle indiqué n'existe pas. Utilisation du modèle par défaut.

Affiche pour les ateliers « J’ai besoin de… »

MDMjaibesoinde-page-002

Voici des petites affiches pour montrer aux élèves le matériel dont ils ont besoin pour un atelier. Personnellement, je fais imprimer 5 fois ce document pour mes cinq ateliers de la semaine.

 

 

 

 


    J'ai besoin de... (480 KB)
    Par Mathieu Desrochers Morin

    Ce fichier a été téléchargé 1600 fois. Merci!

Le modèle indiqué n'existe pas. Utilisation du modèle par défaut.

Les petits boulangers

VDpain

À vos fourneaux! Cette activité permet aux élèves de faire leur propre pain. De plus, par cette activité, ils comprendront que le pain est fait dans une boulangerie en suivant une recette précise. Ils pourront aussi découvrir que le pain fait partie des produits céréaliers.

 

 

 

 


    Photos de l'activité (183 KB)
    Par Vicky Desaulniers

    Ce fichier a été téléchargé 564 fois. Merci!

    Planification de l'activité (264 KB)
    Par Vicky Desaulniers

    Ce fichier a été téléchargé 1732 fois. Merci!

    Recette de pain (98 KB)
    Par Vicky Desaulniers

    Ce fichier a été téléchargé 1259 fois. Merci!

Le modèle indiqué n'existe pas. Utilisation du modèle par défaut.

Diplômes de fin d’année

MDMdiplomeprescolairegarcon-page-001

Voici trois diplômes différents que vous pouvez donner à la fin de l’année scolaire.

Veuillez prendre note que les images du petit garçon et de la petite fille proviennent du site  http://www.mysticlolly-leblog.fr/.

Bonne fin d’année à tous!

 

 


    Diplôme du préscolaire - extraterrestre (95 KB)
    Par Mathieu Desrochers Morin

    Ce fichier a été téléchargé 703 fois. Merci!

    Diplôme du préscolaire - fille (186 KB)
    Par Mathieu Desrochers Morin Source de l’image : http://www.mysticlolly-leblog.fr/

    Ce fichier a été téléchargé 892 fois. Merci!

    Diplôme du préscolaire - garçon (169 KB)
    Par Mathieu Desrochers Morin Source de l’image : http://www.mysticlolly-leblog.fr/

    Ce fichier a été téléchargé 683 fois. Merci!

Le modèle indiqué n'existe pas. Utilisation du modèle par défaut.

Histoire « À l’école, les grands! »

alecolelesgrandsTitre : À l’école, les grands!

Auteur : Alain M.BERGERON

Illustrateur : Maco

Maison d’édition : Éditions Imagine

Nombre de pages : 32

ISBN : 9782896081066

Coût : 13.95$

Dès 4 ans

Un livre imprimé au Québec!

Une version pour iPad existe aussi : http://www.telefiction.com/quoi-de-neuf/six-nouvelles-applications-ipad-pour-enfants-53.html

 


 

Voici un conte que mes élèves de 4 ans ont grandement apprécié! La preuve : nous avons ri à chacune des pages!

C’est une histoire où les rôles sont inversés! En effet, la petite fille devient le parent et le papa devient l’enfant qui doit aller à sa première journée d’école. Le père invente une panoplie d’excuses pour ne pas assister à cette rentrée scolaire. Il croit même que son enseignante voudra le déguster pour la collation!

Les illustrations de Maco sont magnifiques. Nous pouvons les exploiter pour aborder les différentes émotions. Par exemple, certains parents sont heureux, d’autres ont peur, d’autres sont gênés, etc. On peut demander aux enfants de mimer les émotions avec leur visage et observer quels traits physiques caractérisent ces sentiments!

En questionnant mes élèves à la fin de l’histoire, ils m’ont rassuré en me disant tous qu’ils aimaient beaucoup venir à l’école et qu’ils ne feraient jamais comme le papa dans l’histoire!

Voici les fiches d’activités des Éditions Imaginehttp://www.telefiction.com/librairie/fiche-alecolelesgrands-2.pdf

Bravo à M. Bergeron pour cet excellent livre!

Mathieu Desrochers Morin