Trier, classer, regrouper…dans la vraie vie!

 

Nous arrivons bientôt à la fin de l’année et nous recherchons des activités un peu plus difficiles ou des activités de consolidation pour tout ce que nous avons fait dans l’année.

En ce qui a trait aux mathématiques, le programme du préscolaire du Québec est un peu (beaucoup) flou, mais un item à propos duquel il est clair c’est qu’il faut apprendre à nos élèves à classer et à regrouper. Pourquoi? En fait, ils sont les deux premiers stades du développement du raisonnement logico-mathématique. Donc, ils sont très importants et c’est pourquoi nous en faisons chaque année.

Au cours de l’année, vous avez fait trier des objets, des animaux, des activités, des livres, etc. selon différents critères. Et ils ont, en général, tous réussi. Mais utilisent-ils cette compétence dans leur vie?

D’accord, alors réfléchissons. À quoi sert de trier, de classer et de regrouper au quotidien?

– organiser des objets (pour les retrouver plus facilement).

– organiser des objets, des idées pour comprendre les liens entre eux.

– organiser des idées pour arriver à une déduction logique.

 

Organiser des objets : activités essentiellement faciles qui demandent de trouver un seul critère et habituellement le plus flagrant (les crayons avec les crayons, etc.) Nous le faisons tous et toutes dans nos classes et nous le faisons vivre quotidiennement à nos élèves donc à moins d’un réaménagement d’un coin de la classe, je ne fais pas d’activité spécifique pour ceci.

Organiser des objets, des idées pour comprendre les liens entre eux se retrouve beaucoup en sciences (classification des animaux, des plantes, etc.). Mais j’ai trouvé que de laisser les élèves organiser eux-mêmes les idées sur les cartes réseau était la façon la plus naturelle de les préparer à ce type de classification.

Déduction logique : le plaisir commence! Trouver de façon autonome comment organiser mes choses selon les critères que je déduis pour résoudre un problème.

Je vous donne un exemple que vous connaissez bien : le jeu de société qui est-ce? L’enfant pose une question. Selon la réponse, il doit regrouper les personnages qu’il doit éliminer selon un critère (ex. ceux qui ne portent pas de chapeau) et il doit trouver un nouveau critère en observant ce qui reste pour formuler sa prochaine question! Personnellement, je vous suggère de sortir les petites cartes du jeu et de laisser l’enfant les organiser sur sa table, c’est encore mieux mathématiquement parlant.

Si vous voulez jouer à ce type de jeu en petits groupes, j’ai créé un jeu de Cupcakes qui renferme peu de critères et beaucoup de cartes pour aider les enfants à bien comprendre le principe.

Quel gâteau ai-je mangé? (à imprimer en couleur 2 fois et idéalement le plastifier)

Critères possibles

  • saveur (chocolat, vanille, fraise, bleuet)
  • âge du fêté (5 ou 6 ans)
  • présence de bonbons ou non
  • grandeur (petit, moyen ou gros)

cupcakes grands couleur-page-001cupcakes moyens couleur-page-001cupcakes petits couleur-page-001

 


    cupcakes grands couleur (172 KB)
    Par Marie Claude Rhéaume

    Ce fichier a été téléchargé 671 fois. Merci!

Le modèle indiqué n'existe pas. Utilisation du modèle par défaut.


    cupcakes moyens couleur (111 KB)
    par Marie Claude Rhéaume

    Ce fichier a été téléchargé 547 fois. Merci!

Le modèle indiqué n'existe pas. Utilisation du modèle par défaut.


    cupcakes petits couleur (103 KB)
    par Marie Claude Rhéaume

    Ce fichier a été téléchargé 531 fois. Merci!

Le modèle indiqué n'existe pas. Utilisation du modèle par défaut.

 

Une autre façon très signifiante d’utiliser le classement à des fins de déduction logique est de jouer aux devinettes.

Prenez un paquet de cartes Flash ou une banque d’images que vous avez en classe et utilisez environ 20 cartes pour débuter. Étendez-les sur la table. Le meneur choisit une carte et vous le dit à l’oreille. Les autres enfants doivent poser des questions et organiser les cartes pour trouver la carte choisie par le meneur. Vous pouvez même lancer le défi de poser le moins de questions possible.

Vous pouvez aussi jouer aux devinettes seulement à l’oral et sans images (à la causerie par exemple). Elles ont l’avantage de permettre aux enfants de classifier leurs idées dans leur tête et d’avoir une infinité de possibilités, mais ont le défaut d’engendrer toujours les mêmes catégories. Les devinettes avec images limitent les possibilités, mais obligent à observer et à se créer des critères.

Et vous, enseignants, il vous restera à classifier vos élèves pour créer les groupes de l’an prochain…

Bon classement!

7 commentaires

  1. MERCI de partager!
    Est-ce que tu leur donnes toutes les petites cartes et ils doivent les organiser à leur façon? Il me semble que ça en fait beaucoup! J’aurais tendance à leur donner les 3 feuilles plastifiées avec un crayon effaçable pour qu’ils barrent les gâteaux éliminés…Alors il n’est pas petit? Schlak! On élimine toute la page des petits…

    1. Bonjour Mercedes!

      Merci pour tes commentaires et tes questions! Tout d’abord, j’ai créé ce jeu avec beaucoup de cartes car je l’utilise en micro—enseignement avec une équipe de 3 ou 4 et je voulais qu’il y ait assez de cartes pour que chacun en manipule plusieurs. Tu peux éliminer des catégories si tu veux réduire le nombre de cartes. Ensuite, je te dirais que de jouer en éliminant avec un crayon peut être une très bonne idée si tes élèves ont déjà joué et qu’ils ont compris qu`éliminer est une action découlant du classement. C’est surprenant à quel point ils travaillent fort pour organiser leurs cartes quand on les découpe et on les met sur la table! On les voit réfléchir, manipuler et finalememt comprendre qu’il faut en mettre de côté pour résoudre leur problème. C’est fascinant! Lorsqu’ils ont fait cette réflexion, ton idée de rayer sur la feuille plastifiée devient super pratique et transférable vers plein de thèmes différents. Merci de l’idée!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Êtes-vous humain? *